Version dev
  • Accueil
  • >
  • Actualités
  • >
  • Jérémie Azou, l'heure de la retraite internationale
Jérémie Azou, l'heure de la retraite internationale
21/10/2017

Une page se tourne pour l’aviron français, l’une des plus brillantes de son histoire. Une page riche en exploits, en émotions et en belles images. Jérémie Azou, l’un des plus grands rameurs français de tous les temps, a annoncé ce samedi 21 octobre sa décision de quitter la scène internationale. A 28 ans. Avec, dans ses malles, un palmarès unique en son genre.

 

Son départ lui ressemble. Humble, réfléchi, fidèle à ses racines. Jérémie Azou en a réservé la primeur de l’annonce à son club de toujours, la Société Nautique d’Avignon. Il a profité de l’inauguration dans la Cité des Papes d’une base nautique à son nom pour officialiser, devant ses proches, une décision longuement mûrie. Dans l’assistance, les membres de son club, les élus locaux, mais aussi Jean-Jacques Mulot, le président de la Fédération française d’aviron (FFA).

La voix empreinte d’émotion, le regard humide et, sur le visage, son éternel sourire, Jérémie Azou a longuement expliqué les raisons de son retrait : « Cette décision de quitter la scène internationale, je l’avais déjà en tête. La pratique de l’aviron demande beaucoup d’investissement. Et le problème, avec le haut niveau, est qu’il est impossible de ne pas s’y consacrer à fond. Je ne peux pas m’entraîner seulement à moitié ! Aujourd’hui, mes objectifs sportifs sont pleinement atteints. Je crois avoir aussi joué jusqu’au bout mon rôle de formateur auprès de Pierre (Houin). En équipe de France, le groupe des poids légers ne manque pas de potentiels. Je souhaite qu’ils aient, eux aussi, la chance de vivre les Jeux olympiques. J’ai le sentiment que le moment est venu d’arrêter. Pour moi, ce moment est le bon. »

Par un de ces clins d’œil dont il s’est fait une spécialité, Jérémie Azou a choisi d’immortaliser cette annonce en faisant don à la SN Avignon de la quasi-totalité de ses médailles remportées dans les compétitions internationales. Une riche collection d’une quinzaine de trophées. Une façon de boucler la boucle, après avoir pris l’habitude au cours des dernières saisons d’offrir tous les ans à son club la chasuble de couleur matérialisant la victoire au classement général de la Coupe du Monde.

Jérémie Azou s’en va au sommet de son art. Il quitte l’aviron international par la grande porte. Champion du monde en deux de couple poids légers avec Stany Delayre en 2015 à Aiguebelette, il a récidivé le mois dernier à Sarasota, en Floride, associé à Pierre Houin. La dernière course de carrière internationale. L’ultime triomphe. Dans l’intervalle, il a décroché à Rio de Janeiro, l’an passé, la médaille d’or olympique.

Révélé au plus haut niveau mondial alors qu’il appartenait encore à la catégorie des rameurs de moins de 23 ans, l’Avignonnais a empilé les titres et les victoires avec une régularité de métronome, mais sans jamais abandonner en route sa modestie et son goût du travail. Quadruple champion d’Europe en deux de couple, huit fois champion de France consécutif en skiff poids léger, il n’a connu qu’une seule fois la défaite au cours de la dernière olympiade. En finale des Mondiaux 2014, à Amsterdam, pour cinq malheureux centièmes, au terme d’une course perturbée par les rafales de vent.

Installé à Valenciennes, où il exerce la profession de kinésithérapeute, Jérémie Azou laisse déjà un grand vide dans l’aviron français. Il sera honoré et célébré par la FFAviron lors de sa prochaine assemblée générale, le 17 mars 2018.

 

 

 

Retour aux actualités
Inauguration de la Base Nautique Jérémie Azou à Avignon
21/10/2017 - Inauguration Base Jeremie Azou - Avignon - samedi 21 octobre 2017 /// FFA - Fédération Française d'Aviron - Lucille Boudoux
Retour aux albums