Version dev
Les Bleuets galvanisés à Trakai
01/08/2017

Après le rendez-vous réussi de la Coupe de la Jeunesse pour l'équipe de France junior B, l'équipe A a pris ses quartiers à Trakai sur le lac Galve pour celui des championnats du monde.

 

La saison nationale derrière eux, les rameurs et rameuses juniors sélectionnés en équipe de France A ont rangé leur combinaison de club pour enfiler la tricolore et comptent bien l'emmener au plus haut lors des mondiaux qui se déroulent du 2 au 6 août à Trakai, en Lituanie. Un bassin que connaissent déjà certains d'entre eux, pour y avoir ramé en 2016 lors des championnats d'Europe juniors. Mais cette fois-ci, leurs adversaires viendront des cinq continents. Et ils seront nombreux : cette édition des championnats du monde juniors s'annonce déjà comme celle de tous les records avec 59 nations, 258 bateaux pour quelque 742 compétiteurs.

Après un premier stage au Temple-sur-Lot dans de bonnes conditions et un gros travail de longueur, c'est à Libourne que s'est achevée la préparation de nos Bleuets. "Cela nous a permis de profiter du balisage, de se mettre sur la distance des 2 000 mètres et de prendre les chronos".

La flotte tricolore pour ce rendez-vous de la "planète aviron" est restreinte : sept embarcations pour dix-sept athlètes. Côté féminin, on compte un skiff (Margaux Bailleul), un deux sans barreur (Coraline Cavanna et Eva Bastian), un deux de couple (Violaine Aernoudts et Emma Cornelis) et un quatre sans barreur (Julia Verhoeven, Audrey Feutrie, Pauline Lotti et Pauline Rossignol). Chez les garçons, trois bateaux avec un deux sans barreur (Teva Mellier et Téo Rayet), un deux de couple (Jordan Davy et Jean-Pierre Izart) et un quatre sans barreur (Hugo Martinez, Arthur Loy, Romain Lerussi et Clément Gonzales). La délégation compte également une remplaçante : Lucine Ahyi.

Une délégation moins importante qu'à Krefeld en mai, mais qui correspond à la volonté et aux objectifs du chef de secteur junior, Jérôme Déchamp : "Nous n'avons pas intégré de huit dans la flotte ; notre groupe n'est pas assez fort au plan international, c'est ce qui est ressorti des échéances précédentes, mais nous avons fait une bonne préparation, avec une bonne progression pour le skiff féminin et les deux de couple".

Premiers affrontements sur le lac Galve mercredi !

 

Consulter le trombinoscope de l'équipe de France junior 

Retour aux actualités