Version dev
  • Accueil
  • >
  • Actualités
  • >
  • Bilan, Coupe de la Jeunesse : les prémices d’une nouvelle stratégie
Bilan, Coupe de la Jeunesse : les prémices d’une nouvelle stratégie
01/08/2017

3e nation au classement général et 2e chez les féminines, le bilan tricolore est pour le moins positif. Mais, d’autres critères rentrent en compte pour l’analyse de la performance. L’équipe de France avait opté cette année pour une composition de groupe rajeunie, la moyenne d’âge étant inférieure à 17ans.

 

 

Retour avec Jérôme Déchamp, chef de secteur Junior sur cette stratégie

« Le groupe de la Coupe de  la Jeunesse est constitué sur 2 axes :

  • Cette compétition est partie intégrante du Programme Performance Jeune.
    Le collectif est constitué en s’appuyant sur la régate de sélection début juin pour les J15 à J17 dont le but est de favoriser la détection des plus jeunes et un groupe de J16-J18 issu du groupe A à l’issue du Championnat d’Europe.
  • C’est une logique d’accompagnement vers le haut niveau.
    Ce collectif autour de l’objectif de la Coupe de la Jeunesse doit être l’antichambre de l’équipe A. Les jeunes athlètes en devenir doivent être orientés sur des niveaux de compétition en A et en B leur permettant de s’épanouir en s’y réalisant positivement. Ce groupe de jeunes à potentiel doit être pris assez tôt pour que l’avenir se clarifie. La démarche est d’être en mesure de rivaliser aux mondiaux lorsqu’ils seront J18.

 

Remonter sur le podium au classement général : c’est un signal positif, qu’il faut poursuivre. A la rentrée de septembre, le Programme Performance Jeune sera renforcé. L’évolution de ce programme sera partagée prochainement. Son but est d’améliorer et renforcer la détection »

 

Retour avec Gaël Depierre, coordinateur de l’Equipe sur cette Coupe de la Jeunesse 

« D’une manière générale, les bateaux français étaient très homogènes en terme de niveau. Les bateaux les plus « dominateurs » sur le stage terminal, ont confirmé lors des courses. Les autres n’ont absolument pas démérité ; tous ont passé un palier, et désormais, ils savent un peu plus ce qui les attend au niveau international »

 

Est-ce que les non-qualifications en finale A du Quatre sans barreur et du Quatre de couple Homme sont des déceptions ?

« Le Quatre sans barreur fut la course dans laquelle les vainqueurs (à savoir les Britanniques) présentèrent le niveau le plus élevé.

Derrière les Anglais, 9 équipages étaient  très proches en terme de niveau.

Les Français auront fait avec leurs armes, mais un léger manque de puissance ne leur aura pas permis de faire la différence en fin de parcours. 

Le Quatre de couple Hommes est sûrement la course présentant la plus grande densité. Les Français, avec à leur bord le plus jeune de la délégation, n’auront pas démérité. Progressant de parcours en parcours, ils parviennent à se rapprocher un peu plus des meilleurs.

 

Ces deux embarcations restent cependant sur  4 parcours homogènes, voyant la porte de la finale A se fermer devant eux pour quelques centièmes à chaque fois »

 

Du coté du Huit hommes, y’a-t-il des regrets ?

« Le Huit a été une très belle machine ! Deux fois 4e, toujours très proche des vainqueurs ; un bateau d’avenir, avec à son bord 4 J16 et 4 J17. Ils réalisent de très bonnes fins de course avec les meilleurs temps dans le dernier 500 de tous les bateaux ».

 

Il faut également noter le comportement exemplaire de cette équipe, coaches et médical inclus. Le stage terminal comme la compétition se seront passés dans une ambiance détendue et conviviale, mais toujours avec détermination. »

 

 

Retour aux actualités